Travail de terrain terminé

Participer

Compétences nécessaires
Continuer

Méthodes

Déroulement d’une saison
Continuer

Wiki atlas / forum

Forum
Continuer

Soutenir

Soutenez une espèce
Continuer

Période favorable à la recherche de la Bondrée, du Faucon hobereau et du Martinet à ventre blanc (28.07.2016)

Martinet à ventre blanc

Martinet à ventre blanc
Photo: © Rudolf Aeschlimann

Chères collaboratrices, chers collaborateurs,

Vous êtes nombreux, au cours des dernières semaines, à avoir terminé les analyses de vos cartographies avec « Terrimap online ». Nous voudrions tous vous remercier chaleureusement pour les relevés effectués et pour les avoir analysées rapidement ! Nous serions reconnaissants à celles et ceux qui n’auraient pas encore eu le temps de procéder à ces analyses, de le faire dès que possible, surtout pour les carrés MONiR et MBD.

Même si la dernière saison de terrain arrive lentement à son terme, la période est encore favorable à la recherche de certaines espèces (liste non exhaustive) :

  • Les familles de Bondrées apivores, dont les jeunes sont fraîchement envolés peuvent être très bruyantes à cette saison : leur cri, un doux et mélancolique fiuuu-u porte loin et est facilement reconnaissable. Le vol de parade en papillon est aussi bien visible, très caractéristique et peut souvent être observé à fin juillet et dans la première moitié d’août. La meilleure stratégie est de se poster sur un point élevé offrant une vue dégagée sur des zones favorables à la Bondrée et de scruter régulièrement les alentours aux jumelles et au télescope.
  • Il est actuellement possible de découvrir des aires de Faucon hobereau grâce aux cris de quémande des jeunes. Ceux-ci sont souvent bien visibles juste avant l’envol quand ils se tiennent à découvert près du nid, souvent sur un conifère où ils grimpent dans les branches et s’entraînent à battre des ailes. Même après l’envol, les parents continuent de les nourrir quelque temps et le transfert de proies s’accompagne généralement de nombreux cris. Les exercices de vols sont souvent entrepris en groupes familiaux.
  • Le Fuligule morillon niche souvent plus tard dans la saison que les autres espèces de canards. Il s’installe volontiers sur des lacs à moyenne et haute altitudes. Cela peut valoir la peine de contrôler ces lacs de manière systématique.
  • L’Hirondelle de rivage reste généralement présente jusqu’à fin août dans ses colonies, souvent situées dans des gravières. Entre le 1er et le 25 août, le nombre total de trous de toutes les colonies devrait être recensé. Tous les « trous » seront comptés, soit ceux creusés par les Hirondelles de rivage dont la profondeur est d’au moins 5 cm (et le diamètre d’environ 4 cm). Nous vous saurions gré de signaler les colonies sous forme de données précises et surtout d’indiquer clairement le nombre de trous dans la remarque.
  • L’Hirondelle de fenêtre fait partie de la catégorie des nicheurs en colonies sur les bâtiments pour laquelle nous aimerions avoir un recensement systématique de toutes les colonies d’au moins 10 couples. Toutes les zones habitées peuvent être prospectées jusqu’à mi-août. Les meilleurs moments pour le comptage sont les premières heures du matin et la fin d’après-midi.
  • Les colonies rupestres du Martinet à ventre blanc sont difficiles à localiser. En juillet et août, l’espèce est toutefois souvent plus visible et l’on peut parfois découvrir le site de la colonie, en particulier sur des parois chaudes, élevées et dégagées. Les chances de découvrir les oiseaux en vol dans les environs de leur colonie sont particulièrement grandes à la fin d’une journée ensoleillée. Un code atlas de 7 au moins (= visite d’un site de nidification probable) est nécessaire pour pouvoir compter l’espèce pour l’atlas.
  • Le Martinet pâle quitte les sites de nidification entre fin août et mi-octobre, soit un mois plus tard que le Martinet noir. Les martinets, qui sont présents tard dans la saison, devraient donc être bien examinés, surtout au sud des Alpes. La détermination doit toutefois être particulièrement soignée, car les adultes de Martinet noir au plumage usé paraissent bruns en comparaison de leurs jeunes. Une observation inhabituelle doit de toute façon être bien documentée et évaluée par la commission de l’avifaune suisse.

Nous vous souhaitons plein succès et de belles observations !